Notre nutrition est-elle naturellement assez riche en créatine ?

Notre corps fabrique naturellement entre 2 et 3 grammes de créatine par jour à partir de trois acides aminés : la glycine, la méthionine et l’arginine. Les stocks en créatine sont donc assurés par le métabolisme et répondent à nos besoins énergétiques quotidiens. D’autre part, certains aliments comme la viande rouge ou le poisson sont naturellement riche en créatine, ce qui en facilite le stockage.

On pourrait donc penser qu’un supplément en créatine n’a pas d’intérêt mais l’adjonction de cette substance naturelle sous forme de monohydrate a révélé que la quantité de créatine stockée pouvait être augmentée.

Des études scientifiques, ainsi que de nombreuses études de terrains ont montré qu’un entraînement intense épuisait très rapidement les réserves de créatine intrinsèque du corps. Une complémentation en créatine est efficace car elle permet d’augmenter considérablement la vitesse de renouvellement de l’ATP, la principale source énergétique de vos cellules musculaires.

Le mécanisme qui explique ce processus reste plutôt simple : la créatine nous aide à fabriquer et à recycler l’énergie par le biais du cycle ATP > ADP > ATP. Quand l’ATP perd une molécule de phosphate, il reste alors une molécule d’ADP (adénosine diphosphate). Pour produire à nouveau de l’énergie, l’ADP doit être reconvertie en ATP. La créatine stockée dans le corps sous forme de créatine phosphate va alors jouer ce rôle.

L’efficacité d’un complément en créatine joue donc à la fois sur sa disponibilité (quantité disponible) et l’action qu’elle exerce sur la rapidité du renouvellement de l’ATP. Ajoutons que sous forme de monohydrate, de malate ou d’ethyl ester, chaque athlète trouvera facilement le complément en créatine qui lui convient.