La créatine, je la prends comment et à quelle fréquence ?

Juste après la découverte des bienfaits de la créatine dans le cadre des performances musculaires et sportives, la question de son ingestion, de son efficacité et de la dose optimale à consommer s’est imposée d’elle-même. Certaines méthodes, a priori efficaces, se sont alors révélées comme satisfaisantes au niveau des résultats obtenus.

Force, congestion musculaire, puissance ou énergie ; la créatine a montré son efficacité sur quasiment l’ensemble de ces facteurs, seule l’endurance musculaire n’est pas été augmentée par l’apport de créatine sur le court terme.

La première méthode de consommation de cette substance naturelle consistait à en consommer une dizaine de grammes sur 5 jours consécutifs avec une forte quantité de glucose afin de faire jouer l’insuline et d’en forcer l’assimilation. Les résultats obtenus étaient plutôt mitigés et engendraient une forte rétention d’eau intracellulaire, un gain de force temporaire mais peu de résultats sur les gains en masse musculaire.

A partir de ce constat, les recherches scientifiques ont ciblés plus directement l’association d’autres molécules à la créatine afin d’en augmenter directement l’assimilation mais sans en forcer le processus comme auparavant avec l’insuline. C’est pour cette raison que l’ethyl ester de créatine est tout d’abord apparu sur le marché, bientôt suivi par des associations à divers éléments comme le magnésium ou à des sels (malate…).

Les résultats athlétiques se sont alors révélés beaucoup plus concluants, avec de très bons résultats sur la force, la masse (Creakic) et la puissance musculaire (Kreagenic). Il n’est donc plus nécessaire de respecter une phase de charge de 5 jours suivi d’une phase de maintenance avec 5 grammes de créatine, même si cette méthode reste encore utilisée aujourd’hui. La majorité des créatines commercialisées de nos jours présentent l’avantage d’être assimilées beaucoup plus facilement à des doses bien moindres tout en multipliant l’efficacité.